Enseignantes féminines

Lama Droupgyu Karma

Après avoir étudié et pratiqué la médecine traditionnelle chinoise pendant 10 ans, lama Droupgyu (née: Fabienne Guillaume) poursuit sa quête de sens et sa volonté d’être utile aux autres.

En 1994, c’est à la suite de la rencontre décisive avec lama Guendune Rinpoché qu’elle prend les vœux monastiques. Elle s’engage alors dans la voie bouddhiste.

Elle s’engage plus particulièrement dans la lignée Karma Kagyu du bouddhisme tibétain, et suit les enseignements de ses maîtres : le 17ème Karmapa Trinley Thaye Dorje et Shamar Rinpoche.

De 1994 à 2001, elle effectue deux retraites traditionnelles de 3 ans en Auvergne.

A sa sortie de retraite, elle s’installe au monastère et commence à partager le Dharma dans les antennes locales de Dhagpo Kagyu Ling, le centre européen de Karmapa, que dirige lama Jigmé Rinpoché. Elle est alors nommée lama enseignante.

Parallèlement elle devient administratrice de l’Union Bouddhiste de France puis, de 2007 à 2014, une de ses vice-présidentes.

Sur proposition de l’UBF qui l’a élue aumônier national des prisons en 2013, elle est agréée officiellement par le ministère de l’Intérieur en 2014.

Depuis elle s’occupe du recrutement des aumôniers de toutes les traditions bouddhistes, organise leurs formations et les accompagne dans leurs fonctions. Elle est l’interface entre les instances ministérielles, l’administration pénitentiaire et les aumôniers sur le terrain.

En 2018, une vingtaine d’aumôniers bouddhistes sont en activité, qui visitent 48 établissements sur les 190 prisons du territoire français. Lama Droupgyu répond à la demande des personnes détenues dans les établissements pénitentiaires où il n’y a pas encore d’aumônerie bouddhiste installée.


Information:

© buddhistwomen.eu 2019 - CSS + XHTML + pmwiki-2.2.83 - Website © Moni Kellermann